Poéthèque

Sandra BELLAND

Artisan poète et bidouilleuse de mots, Sandra Belland anime des ateliers d’écriture et tricote des histoires pour les petits, les moyens et les grands… Elle fait pousser ses enfants (une princesse et une fée des bois) dans la banlieue nantaise et cultive (en secret) ses rêves d’auteur. Elle est membre de la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse et de l’Union des poètes & Cie.

 

Publication :

En poésie : Baraka (Ed. Edilivre, 2008), Treize lunes (Ed. Edilivre, 2010), Satori, les semelles au vent (Mon petit éditeur, 2010)

En jeunesse : Ma boite à cauchemars (Ed. Petit Jour Paris, 2010), A l’intérieur : le Monde, (Ed. du Poisson Borgne, 2011, épuisé)

En théâtre : Alto et Coquelicot (Ed. Edilivre, 2015)

 

Ecoute

Le silence a beaucoup de choses à dire

Il nous murmure des voyages

D’univers et d’infini

Il nous dessine

Des soleils de bronze

Et des lunes d’argent

Ecoute chanter la pluie

 

Le voyage commence…

Baraka

 

Mail : sandra.belland@laposte.net

Site : http://sandrabelland.hautetfort.com

Christian Bulting

Est né en 1953 à Guérande (44). Il vit à Orvault près de Nantes. En 1979, il fonde la revue et les éditions A contre-silence (54 publications entre 1979 et 2000). Il participe à différentes institutions poétiques : la Demeure de René Guy Cadou (président de 1992 à 1994) , la Maison de la poésie de Nantes (secrétaire de 2001 à 2004). Il a publié 20 livres. Il a reçu en 2011 le prix de poésie de l’Académie de Bretagne et des Pays de Loire pour l’ensemble de son œuvre. En 2013 le prix littéraire de l’audiolecture pour Madeleines (récits).

 

Dernières parutions

La poésie de Daniel Biga (anthologie, Ed. Gros Textes, 2006), Avec ton corps (Ed. Petit véhicule, 2006), Vieux bluesmen (Ed. Gros Textes, 2007), L’homme qui faisait parler les choses (Postface, conte-portrait, Ed. Humour blanc et autres fabliettes, Guillevic, Seghers, 2008), Un jour d'exercice sur la terre (Ed. Gros Textes, 2011), Nul amer ne brise la lumière (sur des photographies d'Yveline Etienne Soc et Foc, 2011), Je retire le saphir (avec des collages de Ghislaine Lejard, L3v, 2013)

Roman: La photo sur le bureau (Ed.Memoria - 1998), Les zanars (Ed. Petit Véhicule, 2014)

Récits : Madeleines (Ed. du Petit Pavé, 2011)

Essai : J’écris des poèmes (Ed. Ecrire aujourd’hui, 2001)

A également publié dans une cinquantaine de revues et anthologies.

Traduit en allemand, portugais, hongrois, géorgien (revues et anthologies)

 

Mail : christian.bulting@orange.fr

 

Paul de Brancion

Auteur d’une quinzaine d’ouvrages dont les romans L’enfant de Cederfeld (Ed. Albin Michel 1991), Le Château des Étoiles, étrange histoire de Tycho Brahé, astronome et grand seigneur (Ed. Phébus 2005), de textes divers et d’ouvrages de poésie dont Vent contraire (Ed. Dumerchez 2003), Ma Mor est morte (éditions Bruno Doucey 2011), Qui s’oppose à l’Angkar est un cadavre (Ed. Lanskine 2013 - Prix de poésie contemporaine Poésyvelines 2014), s’implique régulièrement dans des projets artistiques transversaux notamment avec des compositeurs de musique contemporaine (Thierry Pécou, Jean-Louis Petit, Gilles Cagnard,…).

 

Directeur de la revue littéraire Sarrazine, participe à de nombreuses lectures et organise et anime Les Rendez-Vous du Bois Chevalier, festival annuel consacré aux sciences et à la poésie.

 

Président et fondateur de l’Union des poètes & Cie.

 

Site : http://www.brancion.eu

Claire-Lise Charbonnier

Née en 1933 à Casablanca, adolescence à Marseille, vie professionnelle à l'EHESS de Paris, j’habite dans les landes girondines (forêt, étangs, mer.) Je pratique toutes les formes d’écriture (poésie, chanson, scénarios, pièces, nouvelles, romans, essais, traductions…), aussi en dialogue avec musiciens et plasticiens.

 

Publiée dans des revues de poésie française (Cinquième Saison, Interférences, Iô, La Tour de Feu, La nouvelle Tour de Feu, Les Cahiers de la Poésie, Soleil des Loups, etc.) et étrangères (Belgique, Pologne, Roumanie, etc.) Traduction de poèmes pour des revues, rencontres et manifestations diverses (allemand, anglais, créole, espagnol.) Dans mon théâtre, la forme poétique joue souvent un grand rôle (No Pasaran poème polyphonique, prélude à Œdipe-Roi, "mise en langue" du Shâhnâmeh, etc.). Participations au Marché de la Poésie (prestation poésie-musique.) Happening poétique au Théâtre Dunois (Paris). Expositions avec des peintres autour de mes poèmes (Paris, Barbastre, Bordeaux, La Teste.) Animation d'ateliers d'écriture autour des formes poétiques (haïku, etc.). Coanimatrice de l'Association girondine Traces-Théâtre-Enjeux pour le Printemps des Poètes (Bernard Manciet, poètes romantiques, Jean Tardieu, etc.) Organisation de soirées poésie-musique. Parolière (Michel Jonasz, Marie-Anne Mazeau, Philippe Leysennes, etc.) Coordinatrice de BIP (Brigades d'Intervention Poétique) dans l'école de mon quartier.

 

Publications dans le domaine de la poésie :

Shâhnâmeh (en collaboration avec M. Shahali) d'après le poète persan Ferdowi (Ed. Lettres Persanes, 2008), Plaies Vives (Ed. Le Jardin d'Essai, 2005), Baïnes, voyage initiatique illustré (Ed. Le Jardin d'Essai, 2003), Fugeances (Ed. Gravos Press, 1992), Sourires de l'Ecureuil (Ed. Guy Chambelland, 1989), Guernica (poème-objet à tirage limité, illustration d'Abdallah Benanteur, Ed. BAM)

 

Ferdowsi. Editions Lettres Persanes, 2008

 

Mail : claire-lise.charbonnier@wanadoo.fr

Constance Dima

Ex-professeur de français, est une poétesse, romancière, essayiste et traductrice grecque. Polyglotte, elle a publié quatre recueils de poèmes (dont un bilingue : grec et français et un en quatre langues : grec, français, tchèque et bulgare, sous forme d’un e-book), un témoignage romancé en grec et en français, un essai et un roman en français et des traductions. Certains de ses poèmes sont traduits également en anglais, espagnol, italien et russe. Constance Dima a été honorée d'un prix de linguistique comparative (1979) et d'un prix de poésie (1999).

 

Que vas-tu faire dans un paysage de poussière

me demandèrent-ils me voyant partir à la hâte

plaintive et animée d’un désir de fuite

Je voudrais – leur ai-je répondu –

disparaître dans le Parthénon

devenir semblable à lui

mépriser la mort

 

comme lui

 

 

Mail : constance.dima@gmail.com

Site : www.constance-dima.com

Dominique Dou

Elle tient des carnets depuis l’âge de quinze ans. Elle a fait des études littéraires, cinématographiques et d’histoire de l’art. Elle a d’abord publié dans la presse écrite puis réalisé des courts métrages.

A partir de 2003, elle décide de tout arrêter pour écrire en vue de publier.

En 2008, Dumerchez éditeur publie son premier livre de poèmes L’Energie de l’erreur avec une couverture du peintre Bernex, puis en 2013 Dans le Morde avec une couverture du peintre Fromanger et une introduction de Jean-Pierre Faye. En 2014, l’éditeur Daniel Leuwers publie, dans sa série des « livres pauvres », son poème Grille d’humain en collaboration avec la plasticienne Eva Wellecz. Puis Sentinelle, poème précédé des Carnets, préface de Bernard Stiegler (Ed. L'or des fous éditeur, 2016)

 

Entre temps, outre des lectures publiques (Marché de la poésie, Chapelle des Récollets, Printemps des poètes, le Chant des mots d’Angers), elle a publié des poèmes dans les revues : Le Frisson esthétique, Vox diaboli, L’Anthologie poétique 2008, Siècle 21, Le Calendrier poétique 2011, Multitudes, Triages, N 4728, Po&sie. Et des textes dans : Poezibao, Le Matricule des anges, La Quinzaine littéraire, Ars industrialis, Empreintes.

 

Mail : mado.dou@club-internet.fr

Irène Duboeuf

Auteure de poèmes et de nouvelles, elle a publié Le Pas de l’ombre (Ed. Encres vives 2008), La Trace silencieuse (Ed. Voix d’encre 2010) qui a reçu les prix de poésie Georges Riguet, Amélie Murat et Marie Noël; Triptyque de l’aube (Ed. Voix d’encre 2013), Grand prix de poésie de la ville de Béziers et Roma (Ed. Encres vives 2015).

 

Présente dans les revues Arpa, Décharge, Verso, Comme en poésie, Recours au poème, Terres de femmes et quelques anthologies : Vibrations en partage (Ed. La porte des poètes, 2014), Il n’y a pas de meilleur ami qu’un livre (Ed. Voix d’encre, 2015). Invitée dans les médiathèques et manifestations littéraires (Moments poétiques d’Aurillac, Festival de poésie de Massiac, Marché de la poésie de Bordeaux, Coïncidences poétiques d’Irigny…)

Elle travaille avec peintres et musiciens, anime depuis cinq ans un atelier d'écriture à Saint-Etienne et intervient à l'Université Jean Monnet (Université pour tous) où elle donne des conférences sur la poésie. Une série d'émissions sur Radio Altitude Clermont-Ferrand lui a été consacrée en 2012 dans La voix des poètes.

 

L’instant n’est rien 

qu’une pliure

entre une cicatrice et un désir.

Ainsi nous habitons à la jointure des pages

un espace improbable et toujours provisoire.

Que faire de l’inachevé ?

 

Courriel : irene.duboeuf14@gmail.com

Site internet : http://irene-duboeuf.jimdo.com

 

Eric Dubois

Eric Dubois est né en 1966 à Paris. Auteur, lecteur-récitant et performeur avec l’association Hélices et le Club-Poésie de Champigny sur Marne. Auteur de plusieurs recueils dont L’âme du peintre (2004), Catastrophe Intime (2005), Laboureurs (2006), Poussières de plaintes (2007), Robe de jour au bout du pavé(2008), Allée de la voûte (2008), Les mains de la lune (2009), Ce que dit un naufrage (2012), Lyre des nuages (2014) aux Ed. Encres Vives, Estuaires (2006) aux Ed. Hélices

(réédité aux éditions Encres Vives en 2009), «C'est encore l'hiver» (2009), Radiographie, Mais qui lira le dernier poème ? (2011) aux Ed. Publie.net, Mais qui lira le dernier poème ? (2012) aux Ed. Publie.papier, Entre gouffre et lumière (2010) et Le cahier - Le chant sémantique - Choix de Textes 2004-2009 (2015) aux Ed. L'Harmattan, Le canal, Récurrences (2004), Acrylic blues (2002) aux Ed. Le Manuscrit, entre autres.

Textes inédits dans les anthologies Et si le rouge n 'existait pas (Ed. Le Temps des Cerises, 2010) et Nous, la multitude (Ed. Le Temps des Cerises, 2011), Pour Haĩti (Ed. Desnel, 2010) , Poètes pour Haĩti (Ed. L'Harmattan, 2011) Les 807, saison 2 (Ed.Publie.net, 2012), Dans le ventre des femmes (Ed. Bsc Publishing, 2012) … Participations à des revues : Les Cahiers de la Poésie, Comme en poésie, Résurrection, Libelle, Décharge, Poésie/première, Les Cahiers du sens, Les Cahiers de poésie, Mouvances.ca, Des rails, Courrier International de la Francophilie ». Responsable de la revue de poésie Le Capital des Mots.

Chroniqueur dans l'émission Le lire et le dire sur Fréquence Paris Plurielle (106.3 FM Paris) depuis 2010.

 

Blog et site : http://ericdubois.net

Mail : barbatux@yahoo.fr

 

 

Chantal Dupuy-Dunier

Née en Arles en 1949, vit en Auvergne. Elle a publié une vingtaine de livres dont Initiales (Prix Artaud 2000) et Creusement de Cronce (Ed. Voix d’encre), Où qu’on va après ? (Ed. L’Idée bleue / Cadex), Celle (Ed. L’Arbre à paroles), Il faut laisser la porte ouverte et Des villes, parfois… (Ed. Ed.Henry), Éphéméride et Mille grues de papier (Flammarion), Pluie et neige sur Cronce Miracle (Ed. Les Lieux dits, Collection 2Rives). Elle créé des spectacles-lectures de poésie-musique.

Elle a été invitée aux Fêtes internationales du Livre de St Louis du Sénégal et de Beyrouth, au premier Printemps des Poètes à Mayotte, au Festival de poésie de Novi Sad.

 

Depuis seize ans, Michèle Dadolle et Chantal Dupuy-Dunier ont réalisé, entre autres, cinq recueils ensemble aux éditions Voix d’encre. Dans leur dernier ouvrage Pluie et neige sur Cronce Miracle (Ed. Les Lieux dits, Collection 2Rives, 2015), le travail de l’artiste a conduit la poétesse à se remémorer le minuscule village de Cronce, où elle a vécu plus de dix ans, jamais vraiment oublié et personnifié ici à l’image de Télumée Miracle, dans le décor presque exotique de cette contrée retirée de la Haute-Loire. Après Creusement de Cronce, les vers de Chantal Dupuy-Dunier nous ramènent vers ce lieu réel, devenu mythique pour elle.

 

Mail : chantal.dupuy-dunier@wanadoo.fr

Site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chantal_Dupuy-Dunier

Alix Lerman Enriquez

 

Est née à Paris le 5 mai 1972. Titulaire d'un doctorat en philosophie du droit, elle travaille en tant qu'attachée territoriale dans une grande collectivité strasbourgeoise. Elle a déjà publié une dizaine de recueils dont À contre-jour (Ed. Hervé Roth), Météores (Ed. La Bartavelle), Les fruits blets de ma solitude (Ed. Flammes vives), Les territoires de la nuit pourpre (Ed. Do Bentzinger). Par ailleurs, outre sa poésie versifiée, elle écrit des proses poétiques sur le site de l'éditeur alsacien Hervé Roth. En 2016 : Herbier d’errances (Ed. Flammes vives)

 

Sablier

 

Je m'éternise sur la plage. Mes yeux s'éblouissent de la grande bleue encore humectée de lumière. Les mouettes couleur crème s'égaillent dans l'azur quadrillé de fines poussières de nacre et rosissent à la vue de l'orange solaire qui s'affaisse sur la mer. Mes yeux irradiés se tournent alors vers l'or du sable. Mon regard se porte sur chaque grain d'ambre que je laisse couler sur le calice entrouvert de ma main devenue, pour quelques instants seulement, le sablier de toute mon existence.

 

Mail: alix.enriquez@sfr.fr

Blog : http://alixlermanenriquez.eklablog.com

 

Françoise Geier-Georgeault

Poète-diseur, nouvelliste, photographe. Originaire du Sud-Ouest Atlantique. Vit principalement à Paris. Outre ses publications de poèmes, textes libres et courtes proses chez différents éditeurs, accompagnées parfois de ses photographies de terrain, elle participe à des livres d’artistes, anthologies, revues francophones papier et internet, et à des lectures à l’occasion de manifestations et festivals publics et privés en France et à l’étranger.

 

Revisiter son passé, entre ville et campagne,

tel est le pari de l’auteure qui nous permet ,

grâce à ses récits, nouvelles, courtes proses

et photos d’archives, un retour sur la mémoire

d’une famille, d’une région et de ses habitants,

d’une époque, et donc un retour sur nous-mêmes

 

Extrait de Orthez, mes racines entre ville et campagne (Ed. France Libris, 2015)

 

Mail : fg.geier@orange.fr

Jean-Albert Guénégan

Auteur de plusieurs ouvrages de poésie, récits autobiographiques et livres d’artiste, Jean-Albert Guénégan est un poète né à Morlaix dans le Finistère.

Il est le lauréat en 1993 du Prix de la Fédération des bretons de Paris pour Visage d’un jour (Ed. Caractères), du Prix de poésie de l’Association des Ecrivains Bretons en 1997 pour Poème à demeure (Ed. Librairie Galerie Racine).

Il est aussi membre du jury de poésie de l’Association des Ecrivains Bretons, de l’Union des poètes et Compagnie, il intervient dans les écoles, collèges et lycées, anime des soirées lecture dans les médiathèques et travaille avec des amis artistes peintres et sculpteurs. Avec deux amis poètes il est le fondateur de la revue en ligne L’herbe folle.

Ses textes ont été traduits en langue bretonne, italienne, portugaise, portugaise du Brésil, arabe et roumaine.

Son dernier livre publié à l’automne 2014 intitulé Poétique de la terre à la mer (Ed. Editinter) est ancré dans son pays et sa ville où il demeure.

 

Mail : guenegan-jean-albert@wanadoo.fr

 

Brigitte Gyr

Née à Genève, Brigitte Gyr y étudie le Droit et les Sciences Politiques et pratique comme avocate. A Paris, depuis 1976, elle exerce une activité de traductrice (anglais, allemand, italien, espagnol). Dernier livre traduit : Les Confessions de Tirésias, poèmes d’Andras Gerevich, traduits de l’anglais (Ed. J. Brémond, trilingue, 2014) et anime des ateliers d’écriture. Elle publie régulièrement, en poésie, notamment : Au décousu de l’aile (Ed. J. Brémond, 1988), Lettre à mon double au fond du puits (Ed. J. Brémond, 1996), Avant je vous voyais en noir et blanc (Ed. J. Bremond, prix Claude Sernet 2001), La Forteresse de cendres (Ed. Le Dé bleu, 2006), Etirée sur le vide (Ed. La Petite Fabrique, 2012), Parler nu (Ed. Lanskine, prix Charles Vildrac 2012 de la SGDL), Incertitude de la note juste (Ed. Lanskine, 2014), Premio di Ligrio, Rome  (distinction, 2015). Elle écrit pour le théâtre, publie des nouvelles en revues, des livres Jeunesse, participe à des festivals internationaux, est publiée en revues, en anthologies, a des poèmes traduits en plusieurs langues. Engagée dans plusieurs associations d’auteurs, en France et en Allemagne.

Elle est vice-présidente de l’Union des Poètes & Cie.

 

Site : http://www.m-e-l.fr/brigitte-gyr,ec,1045

Photo : Louis Monnier

Photo : Frédéric Vignale

Françoise Hàn

Poète et critique littéraire.

Née à Paris en 1928, y vit de façon permanente depuis 1945. A longtemps travaillé dans l’édition scientifique. Collaboratrice de la Revue Europe (Paris), titulaire de la chronique Poésie des Lettres Françaises (Paris). Membre du Comité de rédaction d’Osiris, revue multilingue de poésie (Old Deerfield, Mass., Etats-Unis). Prix Dante 2013 pour l’ensemble de son œuvre en poésie.

Une vingtaine d’ouvrages publiés depuis 1956, plus des livres avec des artistes, à tirage limité, et des poèmes-collages muraux.

 

Titres en librairie les plus récents, publiés aux Editions Jacques Brémond : Un été sans fin (2008), Le double remonté du puits (2011), Ce pli ouvert suivi de Sans fragment de bleu avec des encres de Jean-Michel Marchetti (2015).

 

Géode

trois flocons de neige

trois gouttes de temps

enfermés dans une pierre

 

le souvenir est une géode

à ne pas fracasser

 

que le poème soit ce caillou

au cœur duquel cristallise

un peu de lumière adolescente

 

(Un été sans fin)

 

Mail : frahan@wanadoo.fr

Frédérique Kerbellec

 

Frédérique Kerbellec est née à Lorient. Agrégée de Lettres Modernes, elle est aussi professeur de yoga dans la tradition de Sri Sri Sri Satchidananda Yogi de Madras. Elle partage son temps entre la région parisienne où elle travaille, la Bretagne sa terre natale et Sériphos, son île grecque d’adoption.

Elle a publié en poésie Les Yeux Fermés (Ed. N&B, 2010). Ces poèmes ont été traduits en grec et mis en musique par Maria-Christina Kritharas et chantés au Festival de Musique Contemporaine de Grèce à Athènes. La Transparence des Pierres (Ed. Le Nouvel Athanor, 2014), lettre-préface de Jean Mambrino. Lunes mendiantes (Ed. Le Nouvel Athanor, 2017), préface de Jean-Luc Maxence.

Présence en revues : Multiples, Friches, Comme en Poésie, Décharge, Sigila, Les cahier du Sens.

Elle a aussi publié des nouvelles : Sonates Crétoises (Ed. Fondencre, 2014). Plusieurs nouvelles sont parues dans Poésie Première, Arpentage, Spered Gouez.

 

Cette terre de tant de douleur

cette terre de l’arrachement

terre rude

 

On harangue aujourd’hui sa dépouille

le grand désastre de l’âme

vendu aux boutiques d’ordures

aux marchés des esclaves

qu’on achète pour rien

 

Son cri arrache des larmes aux astres

appelle sans secours

les pelotes somnolentes des étoiles

 

Et ses yeux s’agrandissent

terrifiés

sa voix perdue

brûlée piétinée asséchée

par la prostitution des maudits

par la vanité des immenses

des casseroles de fer

qui volent au vent du Nord

 

La commisération

les parfums fous

les épines des buissons

 

Mail : kerbellec.frederique@yahoo.fr

Colette KLEIN

 

Née le 14 septembre 1950 à Paris. Poète et peintre - Membre du comité de rédaction de la revue Phréatique de 1979 à 2000. Présidente de l'association Arts et Jalons (Présentation tous les mois d’un plasticien et d’un poète). Secrétaire générale et trésorière du Cercle Aliénor d'Esthétique et de Poésie (Réunions mensuelles à la Brasserie LIPP)

Membre de la Société des Gens de Lettres et du P.E.N. Club français.

Prix jeune poésie François Villon 1978 - Prix de la Rose d'or 1983

Crée en 2008 : Concerto pour marées et silence, revue – parution annuelle.

A publié 13 livres de poésie, dont plusieurs aux Editions Alain Benoit et le plus récent Mémoire tuméfiée (Ed. Editinter), un recueil de nouvelles. En 2015 : La guerre, et après… (Ed. Pétra, document).

 

Le sommeil n’enferme ni les morts ni les oiseaux de passage.

Des fantômes marchent sur la neige, dans le jardin, et c’est à peine si leurs traces réveillent le dormeur.

 

Brouillons de vie, blessures d’ombre.

 

Les survivants interrogent les fleurs.

Trop tard, répondent-elles.

 

La nuit avale ses propres étoiles.

 

Mémoire tuméfiée (Ed. Editinter, 2013)

 

Mail : colette.klein14@orange.fr

Martine-Gabrielle Konorski

Martine-Gabrielle KONORSKI vient de publier, Une Lumière s’accorde (Préface d’Angèle Paoli-Postace de Claudine Bohi - Ed. Le Nouvel Athanor). Elle avait reçu le Prix Poésie Cap 2020 pour son précédent livre Je Te Vois Pâle… Au Loin, (Ed. Le Nouvel Athanor). A cette occasion, elle a été l’invitée de la Web-TV Poésie Cap 2020 et la radio Fréquence Paris Plurielle - Emission Le lire et le dire -106.3 FM, a consacré une chronique à son recueil de poèmes. Des notes de lecture ont été publiées par La Revue Europe (Mai 2015-p.338-339), Les Cahiers du Sens (2015-N°25-p.206-207), Terre A Ciel, (Juillet 2015), Texture (septembre 2015), Paysages Ecrits (automne 2015), Phoenix (automne 2015), Sutures des Saisons (Editions Caractères).

Ses textes sont régulièrement publiés par des revues de littérature et de poésie.

 

Dans les Carnets d’Eucharis consacrés à la poésie de Paul Auster (Mars 2015), on peut lire sa chronique : Temps de terre, temps de pierre : Paul Auster architecte du chaos.On peut également y lire le portrait de la grande poète portugaise: Sophia de Mello Breyner Andresen, princesse de mer (Mars 2016)

Martine-Gabrielle KONORSKI est également musicienne (piano et chant).

Elle est membre du Conseil d’Administration de L’Union des Poètes & Cie et du Comité de Rédaction de la revue Les Carnets d’Eucharis. Elle est Rédacteur en Chef du magazine Rebelle (s).

 

Ceux là marchent

par hasard

Moi je cours

hors d’atteinte

Une trouée signale

la clarté décisive

On doit tous y aller

Il restera de nous

la transparence du soir

 

–––––––––

Extrait de Une lumière s'accorde, Ed. Le Nouvel Athanor

 

Mail : mkonorski@googlemail.com

Site : http://www.martinekonorskipoesie.com

 

Monique W. Labidoire

Est née à Paris de parents Hongrois émigrés en France. Sa rencontre avec GUILLEVIC en 1965 sera déterminante pour son avenir de poète. Elle a animé de nombreux ateliers de poésie et fut pendant près de vingt ans l’une des animatrices du «Mercredi du poète» où elle a présenté des poètes contemporains dans toute leur diversité. Elle collabore à de nombreuses revues et colloques. Travaux critiques sur Guillevic, Andrée Chedid, Marie-Claire Bancquart, Marc Alyn, Jean-Michel Maulpoix, André Velter, Serge Wellens, Bernard Vargaftig, Claudine Helft, Richard Rognet, Max Alhau, Gabrielle Althen, Lionel Ray et beaucoup d’autres...

 

Quelques titres : Saisir la fête, L’exil du poème, Mémoire du Danube, Natures Illimitées, Peuplement de la parole. Lointaines écritures. Requiem pour les mots, Mémoire d’absence, l'Intimité du poème. Un essai : S’aventurer avec Guillevic et neuf poètes contemporains. Plusieurs livres avec des artistes : Marie Alloy, Robert Blanchet, Jacky Essirard. Dans le jardin obscur conversation sur la poésie, avec Alain Duault.

 

« Monique. Labidoire est un poète. Elle donne cette communion avec d’innombrables choses de son intimité. Cela avec les moyens les plus simples. Par l’acuité de ses sens en rapport avec son univers. » GUILLEVIC - In Postface de Natures Illimitées

 

« Mais ce qui est beau aussi, simplement, fortement, c’est cette manière que possède Monique Labidoire de fixer des instants sans lourdeur, sans jamais souligner ou se laisser aller : poète sans trompette, elle a le trait ferme en même temps que bienveillant, délicat, sans mièvrerie porté par une évidence qui la met de plain-pied avec ce monde qu’elle aime et continue d’aimer ». Alain DUAULT. In Préface de L’intimité du poème

 

Mail : mwlabidoire@wanadoo.fr

Mathias Lair

Mathias Lair a publié une vingtaine d'ouvrages de récits et fictions, d'essais, de poèmes.

Il a animé les éditions Apostrophe, puis la revue Mot pour Mot.

Il s’est toujours préoccupé du sort des écrivains : il a fondé le CALCRE (Comité des Auteurs en Lutte Contre le Racket de l’Edition) en 1978, a participé activement aux activités du SELF (Syndicat des Ecrivains de Langues Française), du MOTif, du CPE (Conseil Permanent des Ecrivains), de l’Union des Écrivains.

Il est aujourd’hui membre du Comité de la Société des Gens De Lettres et président de sa commission poésie. Secrétaire général du conseil de l’Union des Poètes & Cie, il a participé à sa fondation.

 

et je crois j’aurais

voulu à cru les mots

déshabillés comme libres

associés

 

être boiteux comme

l’ange ne pas

marcher l’amble

domestiqué écrire

comme je parlerais

si je parlais

–––––––––

Extrait de Ainsi soit je, Ed. La rumeur libre

 

Site : http://www.sgdl-auteurs.org/mathias-lair/index.php/pages/Biographie

Michel Le Brirand

Né en 1964 à Saint Malo, vit à Nantes, s’appuie sur des formes d’écritures adaptées aux expériences qu’il traduit, en mêlant le texte à l'image, la voix à la composition sonore, la photo et la vidéo. Il est adepte du ready made sur le web, à partir d’imaginaires ambiants, écrit des haikus en kayak de mer, invente des dispositifs qu’il interprète sur scène et réalise cinq livres d’artistes à caractère poétique. Mer Veille (Ed. Ex Premere, 2014), Nantes, pour l’instant (Ed. Papier, 2012), La Ligne du Bord (2009), A titre de transport (Ed. ex Premere 2006), La Sablière Petit Véhicule (2001).

 

A paraître Dans la peau de l’Enveloppe avec une version numérique enrichie, Kite surf (Ed. Soc & Foc, fin 2015).

 

Depuis ma Remington miniature, vitrifiée, légère comme un palimpseste ambulant -soyons nomade, je t’envoie la réalité de mon passage. Une réalité béatifiée qui va t’être personnellement adressée. Le déclic met en beauté le lieu et le moment. Trouver la formule à déguster sur place. Tout ton corps âme va se réchauffer. Cette touche intime t’aura atteint d’ici une seçonde. 

Extrait de Dans la peau de l’Enveloppe.

 

Mail : michel.lebrigand@wanadoo.fr

Site : www.michellebrigand.com/création/


Évelyne Morin

 

Née à Tulle, vit en Essonne, poète, professeure de lettres, comédienne, elle a publié une quinzaine de recueils, dont Ombres, désirs (Ed. Jacques Brémond, 2000), Dernier train avant le jour, Le dé bleu (2001), Non lieu provisoire, Cadex (encres de Misko Pavlovic), N’arrêtez pas la terre ici, Le Nouvel Athanor, Cela, fulguré, Gros Textes, Un retour plus loin (Ed. Jacques Brémond (encre de Marc Pessin), Rouge à l’âme, Potentille (2007), Matin de l’arbre levant, Le Nouvel Athanor (2014), Le Bois des corbeaux (photographies d’Éliane Morin), Gros textes (2015), Ronde noire (illustrations d’Alexandre Hollan, est à paraître aux éditions Jacques Brémond). Elle assure la programmation de Poésie&musique.orge (partenariat entre la MJC de Savigny-sur-Orge et la Compagnie Théâtrale Les Trois Clous).

 

Ne pas encore

 

Toucher au blanc

 

Ne pas voir

L’ombre portée sur le sang

 

Voir

Sans la transgression

de voir

 

Quelque chose se calme et se pose et se tait

sur l’instant de pluie

L’araignée quitte sa toile

pour un ailleurs d’autre

lumière

 

Nous

Sang et ombre

retour d’ici

Dans le creux de la feuille

la trace de la main

 

terrible

blanc

enluminant

la clôture

de vivre

ici

 

Et rien

que l’absolu silence

 

Ombre portée sur le soleil naissant

 

Mail : ev.morin@orange.fr

Site : http://evelynemorin-poesie.fr

François Mourelet

Successivement (ou en même temps), professeur, éditeur, journaliste, auteur de livres pratiques et romancier, François a publié quelques dizaines d’ouvrages sous différents pseudonymes chez plusieurs éditeurs. Mais c’est sous le nom de François Mourelet qu’il a choisi de signer ce qu’il considère être de la poésie. Dernière parution : Les Cynophiles (Ed. L’Échappée Belle Édition 2015).

 

Donna Scortecciate

Femmes écorcées

 

Non, je n’aurais pas dû boire

Des verres encore des verres.

Des liquides rouges, des liquides bleus, des liquides jaunes ou verts.

Non plus, je n’aurais dû rencontrer ces arbres

Avec leurs longues branches écartées, leurs troncs émouvants

Aux blessures profondes d’où ne gicle aucun sang indécent,

Coupures nettes, entrebâillements aux replis ronds

Que caresse le pouce sans rencontrer cette élasticité morbide de la peau féminine.

 

Mail : franthiery@gmail.com

Site : www.montezignac.fr

 

Sabine Péglion

Née à Monaco, Sabine Péglion vit à présent en région parisienne. Des études de lettres à Nice et un doctorat sur l’œuvre de Philippe Jaccottet à la Sorbonne lui ont permis de concilier écriture, poésie et enseignement.

 

Poésie /recueils :

Le nid (Ed. La Tête à l’envers, 2015), Prière Minérale (Ed. de la Margeride, 2015), Ecrire à Yaoundé, Soligny-la-Trappe (Ed. V. Rougier, 2015), Des mots Des formes Une rencontre, sculptures M. Salavize (livre d’auteurs, 2014), Traversée Nomade, Paris (Ed. Sous La Lime, 2013), Derrière la vitre, Soligny-la-Trappe (Ed. V. Rougier, 2012), Australie, notes croisées, dessins de J. Bret, Paris (livre d’auteurs, 2011), Danse, deux regards poétiques sur des croquis de danse, en collaboration avec B. Moreau et J. Bret, Paris (livre d’auteurs, 2008), Métamorphoses, Nogent (Ed. Hélices Poésie, 2005)

 

C’est rien c’est un instant volé

c’est là comme un sourire léger

une silhouette des pas

le sentier la mer un éclat

 

la table leurs voix enlacées

C’est rien c’est un instant volé

derrière la vitre encore une aile

la vie leurs yeux qui s’interpellent

 

Mail : sabinepeglion2@orange.fr

Jacqueline Persini

Née à Marseille, vit à Paris. Après avoir cheminée longtemps dans les sentiers de la psychanalyse, se consacre actuellement à la poésie. Inscrite à la Poéthèque du Printemps des Poètes, à la SDGL, à la charte des auteurs et illustrateurs jeunesse. Participe à la revue Poésie Première. Dans ses livres autobiographiques, alternent poèmes et proses poétiques. Des recueils de poésie ouvrent un espace imaginaire où cohabitent le ludique et le grave.

Avec la poésie jeunesse, elle se laisse prendre plus encore dans des tourbillons de sons et de sens où l’enfance ne se retrouve pas mais se réinvente dans ses drames et ses émerveillements.

Publications en revue, participation à des anthologies et à des livres d’artiste.

 

Une vingtaine de livres ou recueils publiés à ce jour dont les plus récents : Le Soleil aveugle - existe-t-il des psychanalystes qui rendent fou ? (Réédition L’Harmattan, 2015), Cascades et séquoias (Ed. Unicités, 2016)

A paraitre : Le fileur de voyelles (Ed. SOC ET FOC, déc. 2016), Les aventures d'un ver de terre (Ed. Voix tissées, 2017)

 

Extrait de Tard je t'ai reconnue (Ed. Aspect, 2011)

 

Mon amante aimante

 

Dans mes bras ma mère je te prendrai te porterai avec délicatesse

Je te promènerai et nous parlerons encore nous parlerons

....

Si me prend l’envie de courir loin sans te perdre des yeux

Je déposerai là comme un galet ton âme

Ton âme quelque part deviendra nénuphar

Et peut-être visage

...

N’aies pas peur avec mes petits bras je te protégerai des bêtes de leurs yeux de leurs griffes

Pour que lâche panique tu boiras dans mon ventre plein de gouttes de ciel

Tu deviendras ma ville mon amante aimante aux yeux non chahutés par les cailloux d'ici

Ma lointaine enfermée ma méconnue au cœur brûlé peut-être naîtras-tu dans un autre pays ?

 

Mail: jacqueline.persini@gmail.com

 

Eric Sarner

Il publie et œuvre dans des domaines multiples littéraire et audiovisuel.

Poète, écrivain et également journaliste (Le Monde, Libération, Géo, Autrement...), il est l'auteur d'une douzaine d'ouvrages ainsi que de nombreux poèmes, textes ou articles en revues.

 

Derniers recueils de poésie :

22 Figures au passage (Ed. Les Venterniers, 2015), Cœur chronique (Ed.Castor astral, 2013, Prix Max Jacob 2014), Ballade de Frankie (Ed. Castor Astral, 2011), Éblouissements de Chet Baker (Ed. La Passe du vent, 2010)

 

Derniers récits de voyage :

Un voyage en AlgérieS (Ed.Plon, 2012), Sur la Route 66, petites fictions d’Amérique (Ed. Hoëbeke, 2009,)

 

En tant qu'artiste plasticien, il a exposé des recherches sur les rapports mots/images :

Tentations et Tâches de femmes (suite d'iconotextes. Galerie Marianne Cat, Marseille, 2004) et Soupçons d'épopées (collages et photographies. Galerie Marianne Cat, Marseille, 2005)

 

Il est également traducteur et récemment de Complainte pour Ignacio Sanchez Mejias de F.G.Lorca et Poèmes (La Ultima Antologia) d’Idea Vilariño.

 

En tant que documentariste, il a signé une vingtaine de documentaires dans les domaines de la culture et du voyage.

Dernière création audiovisuelle : Le Ravissement de Palmyre (cinépoème, 11'26, 2015)

Dernier documentaire : Sénac, Jean, Algérien, poète (2010)

 

Eric Sarner vit entre Berlin, Paris et Montevideo (Uruguay).

23, rue d'Edimbourg 75008 Paris

Mail : eric.sarner@yahoo.fr

Dominique Sorrente

« Entre l’humeur chahuteuse du clown,

la sainte folie du baiser et la lente sagesse des arbres,

n’hésite pas un seul instant : choisis les trois ».

 

Poète méditerranéen d’expression française, Dominique Sorrente vit à Marseille où il est professeur en culture et sciences humaines.

Depuis Citadelles et mers (Sud, 1978), il a publié une vingtaine de livres, notamment chez Cheyne éditeur, récompensés par la bourse Guy Levis Mano, les prix Antonin Artaud, Luc Bérimont, Georges Perros. Une exposition de son travail a été présentée à la Fondation Saint-John Perse d’Aix-en-Provence. Son anthologie personnelle Pays sous les continents 1978- 2008 est parue chez MLD.

 

Il anime le Scriptorium qui propose différentes formes de poésie partagée (caravane, transcontinentale, jumelages, pictodrames, poésie chorus..). Il intervient aussi en atelier d’écriture créative dans les écoles et universités. Accueilli à plusieurs reprises dans des résidences d’auteur, il participe à des festivals littéraires (Trois-Rivières, Morges, Sète) et contribue régulièrement à des revues en France et à l’étranger. Il co-anime la revue des Archers au théâtre Toursky à Marseille.

 

Avec Marie Ginet, il a créé en 2013 le spectacle Nord Sud où vont les fleuves (co-production La Générale d’Imaginaire/Le Scriptorium).

 

Site : http://www.scriptorium-marseille.fr

 

Maïté Villacampa

Naissance le 29 janvier 1944, à Ivry-sur-Seine. Après une maîtrise d’Art contemporain, écriture de La Figure de l’Ange au cinéma (Ed. du Cerf, 1995) et de plusieurs articles dans la revue Cinémaction. En poésie, on retient Au pas de l’œil (Ed. Passage d’encres, 2005), Signes du large (Ed. Le Nouvel Athanor, 2005), Si j’habite l’éclair, préface de Zéno Bianu (Ed. Librairie-Galerie Racine, 2014) et Vers les commencements. Montage (Ed. L’Harmattan/Poésie(s), 2015).

Collabore régulièrement aux Cahiers du Sens depuis 2004. Vit dans les Hauts-de-Seine où elle anime un atelier d’écriture depuis 2006.

 

terre terre ! le désir accoste

 

nous aurons aimé l’oiseau rieur

nous aurons emprunté les courants

balbutié hors des bulles

couché le silence dans nos draps

pris la nuit pour le jour

et l’écriture à bout de bras

pris le jour pour la nuit

et les mots pour des rêves accomplis

 

nous aurons repris corps combien de fois

éloigné combien de poignées de tristesse

composé combien de poèmes

déjoué combien d’absences

 

Écrire n’est rien qu’embrasser l’inconnu

 

(Extrait de Si j’habite l’éclair (Ed. Librairie-Galerie Racine, 2014)

 

Mail : maitevienne@free.fr

 

Photo : Josef Boccard

Union des Poètes & Cie

Photo : Claude Font

Photo : Lydia Belostyk